Cloud

Le cloud d’Orange augmente de 700% ses capacités de virtual desktop

Lors du passage de la France en confinement la semaine du 16 mars, Orange Business Services a déployé un nombre massif de postes de travail virtuels et de connexions distantes pour ses clients.

A l’instar de Microsoft sur Azure, le cloud d’Orange Business Services (OBS) fait face ces dernières semaines à une explosion de la demande en virtual desktop (VDI). La semaine du 16 mars, alors que la France basculait en confinement, la filiale de services de l’opérateur historique multipliait par huit ses ressources cloud dans ce domaine. Objectif : permettre à ses clients d’ouvrir au plus vite à leurs salariés en télétravail des accès distants à leurs postes restés dans l’entreprise et à tous leurs logiciels installés. “Une grande entreprise du Cac 40 d’importance vitale est par exemple passée d’une capacité de 12 000 utilisateurs simultanés sur notre infrastructure de VDI à 70 000 le 17 mars”, indique Cédric Parent, directeur général adjoint des activités cloud d’Orange Business Services. 

Plusieurs millions d’accès simultanés

Au-delà du virtual desktop stricto sensu, OBS a vu plus globalement la demande en ressources cloud se hisser à un niveau jamais atteint en matière de connexions distantes aux systèmes d’information d’entreprise. Sont concernés les passerelles réseau, les VPN et la bande passante. “Un groupe de conseil en maîtrise des risques a évolué en quelques heures d’une capacité de 60 000 accès en temps réel sur nos serveurs à un million. Ce qui lui a permis de gérer un pic de 700 000 connexions simultanées ce même 17 mars à la fois en provenance de ses salariés et de ses clients en quête d’informations sur la gestion de risques”, pointe Cédric Parent. Résultat : de quelques centaines de milliers de connexions simultanées, le cloud d’OBS est monté en à peine 24 heures à plusieurs millions sur l’ensemble des offres évoquées. 

“Dès janvier, nous avons anticipé nos stocks de capacités pour l’ensemble du premier semestre”

A la différence d’Azure, Orange Business Services affirme ne pas manquer de ressources cloud. “Certes pendant deux à trois jours, nous avons fait passer les demandes des CHU en ultra-urgence”, reconnait Cédric Parent. Mais l’ESN n’a pas souffert de la rupture de la chaîne logistique des constructeurs chinois de serveurs et d’équipements réseau impactés par l’épidémie, rupture qui a couru de mi-février à fin-mars.

Une présence mondiale qui fait la différence

“Nous sommes présents en Chine. Nos fournisseurs locaux nous ont averti très tôt de la situation. Dès janvier, nous avons anticipé nos stocks pour l’ensemble du premier semestre”, explique Cédric Parent. Par ailleurs, OBS peut à tout moment basculer ses traitements sur le cloud de son partenaire Huawei, son IaaS Flexible Cloud reposant sur la même infrastructure (sous OpenStack) que ce dernier.

Ces derniers jours, OBS continuent à voir les demandes affluer. “Elles proviennent de nouveaux clients, mais aussi de clients existants confrontés à des montées en charge”, constate Cédric Parent. Parallèlement, le cloud d’Orange est également sollicité par des acteurs d’autres pays européens. “Il s’agit notamment d’organismes de santé avec pour certains la mise en œuvre de 15 000 à 20 000 postes en VDI”, ajoute Cédric Parent, avant de préciser : “Pour les entreprises de 100 à 150 salariés, nous sommes capables via notre offre Flexible Workspace Remote Access de déployer un parc de postes de travail virtualisés en moins de 24 heures.”

Du fait de sa présence en Asie, avec des équipes en Chine, à Hong Kong, en Inde et à Singapour, l’activité cloud d’OBS a évolué très tôt vers le télétravail. “Nous avons procédé par étape pour éprouver le dispositif, avec d’abord 50% de nos salariés, puis 70%, puis 100%. Du coup, nous avons pu anticiper les mesures de confinement en France”, insiste Cédric Parent. “Notre plan de continuité d’activité était prêt. Il avait d’ailleurs déjà été éprouvé sur certaines géographies où nous avions eu à faire face à des événements politiques ou climatiques exceptionnels dans le passé.”

Aujourd’hui, les 27 000 salariés d’Orange Business Services sont passés au travail à distance à l’exception de quelque 200 employés intervenant dans les data centers du groupe ou chez certains clients.

Related posts

Kubernetes scelle le mariage entre big data et containers

Younes

Comment Voodoo coache ses développeurs de jeux grâce au big data

Younes

14 gagnants et perdants de la technologie, après le COVID-19

Mustapha TAMAR

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord. Vous pouvez changer d’avis et modifier vos choix à tout moment. Accept Afficher toutes les utilisations prévues

%d bloggers like this: